Arthrodèse postérieure standard et mini-invasive

Contenu
JE VAIS AVOIR UNE ARTHRODÈSE POSTÉRIEURE. L’arthrodèse consiste à « souder » entre elles plusieurs vertèbres, grâce à du matériel métallique (vis, plaques, tiges), de façon à ce qu’elles ne puissent plus bouger les unes par rapport aux autres.

Les principes

L’incision cutanée réalisée dans le dos est centrée sur le niveau à opérer (un contrôle radiographique est réalisé systématiquement avant l’incision) puis on aborde la colonne vertébrale en décollant les muscles. On peut aussi réaliser des incisons de chaque côté afin de faire un abord par technique mini-invasive qui consiste alors à utiliser des tubes de taille progressivement croissante. On réalise alors grâce à un système de visée une instrumentation des vertèbres à l’aide de vis dont la taille est adaptée à chaque vertèbre en utilisant un contrôle radiologique peropératoire. On réalise ensuite s’il est nécessaire un geste de libération. Il consiste à faire de la place autour des nerfs afin de lever la compression neurologique en affinant les parties osseuses ou discales compressives et en enlevant certaines parties gênantes. Tout l’os réséqué sera ensuite concassé afin de participer à la greffe. On relie ensuite les vis par des tiges qui sont conformée par le chirurgien, de telle sorte qu’elle puisse stabiliser le glissement et corriger le glissement. Enfin, on utilise l’os concassé et des substituts osseux pour greffer les surfaces d’os restantes. La fermeture est soigneuse et a lieu une fois que le chirurgien a contrôlé les implants, les possibles saignements et le compte des compresses. Un drain est laissé dans la cicatrice afin d’éviter la formation d’hématome et sera retiré après deux jours le plus souvent. La cicatrice est infiltrée avec des anesthésiants afin de diminuer les douleurs post opératoires

 

L’hospitalisation

Elle est de 3 à 5 nuits en général : le patient entre la veille de la chirurgie ou le jour même, les consignes de kinésithérapie lui sont expliquées à son entrée afin d’anticiper le post opératoire. Il sera le plus souvent levé par les kinésithérapeutes le jour de l’intervention…
Les jours suivant sont destiné au contrôle des douleurs à la surveillance et à retrouver de l’autonomie.

 

Les suites immédiates

Durant 12 semaines, le patient doit suivre des consignes d’hygiène vertébrale pour permettre la consolidation: le port de charge est proscrit.
La marche est recommandée, la position assise haute est privilégiée pendant 1,5 mois après l’intervention.
Aucune contention  n’est nécessaire après l’intervention.
Après deux à trois mois, on débute la rééducation après l’évaluation conjointe d’un médecin rééducateur et du chirurgien.

 

Les suites à long terme

La reprise de travail est le plus souvent possible 6 mois après l’intervention, en fonction des contraintes subies au cours de l’activité professionnelles.
La rééducation est entretenue (levée des tensions musculaires, gainage), voire accentuée dans certains cas par une immersion en centre de rééducation.

 

 

Clichés de face et profil en cas d’arthrodèse postérieure

 

LA RAAC - LA RÉCUPÉRATION AMÉLIORÉE APRÈS CHIRURGIE

La RRAC a pour but de vous aider à préparer votre intervention chirurgicale à l’hôpital privé Jean Mermoz ainsi que les suites post opératoires. Il vous informe des différentes étapes de votre prise en charge et vous donne des conseils pratiques afin de vous rendre acteur de votre parcours de soins. >>Téléchargez le livret