Le cancer du poumon, aussi nommé cancer bronchique ou bronchopulmonaire, découle d'une altération des cellules des bronches, voire plus rarement des cellules qui tapissent les alvéoles pulmonaires. Cette maladie émerge de la mutation d'une cellule normale qui prolifère de manière anarchique, donnant lieu à une tumeur maligne. En France, on estime à 52 000 le nombre de nouveaux cas de cancer du poumon (33 500 hommes et 19 000 femmes). Il représente le deuxième cancer le plus fréquent chez les hommes et le troisième chez les femmes. A l’Hôpital privé Jean Mermoz, le cancer du poumon est pris en charge à l’Institut de Cancérologie au sein duquel chaque patient bénéficie d’un parcours avec un médecin cancérologue référent qui garantit une prise en charge personnalisé et humaine dans les meilleurs délais.

 

 

La formation et le développement du cancer

La formation et le développement du cancer du poumon

Le développement du cancer du poumon provient spécifiquement des cellules bronchiques. On distingue principalement deux types : les cancers bronchiques non à petites cellules (CBNPC), qui constituent près de 85 % des cas, et les cancers bronchiques à petites cellules (CBPC), responsables des 15 % restants.

Les symptômes du cancer du poumon

  • Développement ou intensification d'une toux, surtout si vous souffrez déjà de bronchite chronique
  • Présence de sang durant un excès de toux (hémoptysie), il est impératif de contacter rapidement votre médecin traitant
  • Apparition ou aggravation de difficultés respiratoires (dyspnée ou essoufflement) sans qu'il n'y ait de problèmes cardiaques connus
  • Répétition d'infections pulmonaires telles que bronchite ou pneumonie
  • Manifestation de douleurs aiguës ou chroniques, par exemple une douleur dans la poitrine évoquant une déchirure musculaire ou des douleurs à l'épaule suggérant un problème rhumatismal
  • Fatigue inhabituelle et persistante
  • Perte d'appétit ou perte de poids inexpliquée

Les facteurs de risque

L’hygiène de vie et les facteurs environnementaux 

Le principal facteur de risque demeure le tabagisme, responsable de huit cas sur dix de cancer du poumon, explications avec le Dr Karima BOULEDRAK AMARACHE – Pneumologue et Cancérologue pulmonaire à l’Hôpital privé Jean Mermoz. D'autres facteurs, tels que l'amiante, les émanations des moteurs diesel, le radon, les hydrocarbures polycycliques aromatiques, certains rayonnements ionisants, la silice et le cadmium, sont également reconnus comme pouvant contribuer au développement de ce cancer.

Le diagnostic

Les examens diagnostiques

Le médecin traitant est en première ligne pour identifier les premiers symptômes du cancer du poumon. Il pourra être amené à prescrire des examens diagnostiques comme une radiologie pulmonaire, un bilan sanguin et un scanner du thorax. En cas de suspicion de cancer du poumon, le patient est adressé à un médecin spécialiste : pneumologue, cancérologue ou chirurgien thoracique. Le diagnostic du poumon ne peut être confirmé que par l’analyse anatomopathologique du prélèvement par biopsie.

Une fois le diagnostic du cancer du poumon établi, le médecin référent peut être amené à prescrire un bilan d’extension par la réalisation d’examens complémentaires pour évaluer l’étendue de la maladie.

Le parcours de soins

Les médecins spécialistes se réunissent au cours d’une RCP (Réunion de Concertation Pluridisciplinaire) pour décider collectivement du meilleur traitement. À la suite de la RCP, le patient est reçu en consultation d’annonce médicale par le médecin référent qui lui remet et explique son projet personnalisé de soin. Les patients rencontrent également une infirmière d’annonce spécialisée en cancérologie pour répondre à toutes les questions concernant la prise en charge.

Le traitement du cancer

La chirurgie du cancer du poumon

La chirurgie du cancer du poumon est réalisée par une incision quasi horizontale, sur le côté et l’arrière du thorax sous la pointe de l’omoplate. Le chirurgien passe entre les côtes pour réaliser l’exérèse de la partie malade du poumon : on appelle cela une « lobectomie pulmonaire » si un seul des lobes pulmonaires est ôté ou une « pneumonectomie » si la totalité du poumon est enlevée. Si nécessaire, selon les pathologies, on réalise un curage ganglionnaire.

Dans le cadre de la prise en charge chirurgicale de votre cancer du poumon, le chirurgien peut être amené à vous proposer une intervention chirurgicale assistée par robot. L’Hôpital privé Jean Mermoz est doté d‘un robot chirurgicale Da Vinci X pour le traitement des cancers, explications avec le Dr Gaëtan SINGIER – Chirurgien Général, Viscéral et Thoracique à l’Hôpital privé Jean Mermoz.

La chimiothérapie

La chimiothérapie est un traitement basé sur l'utilisation de médicaments, également connu sous le nom de traitement médicamenteux. Ces médicaments de chimiothérapie ciblent les mécanismes de la division cellulaire. Il s'agit d'un traitement général, qualifié de traitement systémique, agissant dans l'ensemble du corps. Ceci permet de cibler les cellules cancéreuses où qu'elles se trouvent dans le corps, même si elles sont isolées et échappent aux diagnostics conventionnels. Les médicaments de chimiothérapie sont le plus souvent administrés par perfusion, bien qu'il puisse arriver qu'ils soient administrés par voie orale sous forme de comprimés.

La radiothérapie

La radiothérapie est une méthode qui fait usage de rayonnements ionisants pour éradiquer les cellules cancéreuses en les empêchant de se multiplier. Son principe repose sur une précision de pointe permettant de diriger ces rayonnements, aussi appelés rayons ou radiations, de manière ciblée vers la zone à traiter, tout en minimisant au maximum les atteintes aux tissus sains et aux organes environnants, qualifiés d'organes à risque.

Il existe deux modalités de radiothérapie :

  • La radiothérapie externe, qui a recours à une source externe de rayonnements dirigés à travers la peau vers la zone à traiter. Ces rayonnements sont produits par un accélérateur de particules. Elle est couramment utilisée pour le traitement des cancers du sein.
  • La curiethérapie, qui implique l'utilisation d'une source radioactive placée à l'intérieur du corps, en contact direct avec la zone à traiter. 

L'immunothérapie

L’immunothérapie est un traitement médicamenteux qui vise à l’utilisation du système immunitaire des patientes pour lutter contre le cancer du sein. Ce traitement peut être indiqué par votre médecin référent dans le cadre de votre parcours de soin. 

Thérapies ciblées

Les thérapies ciblées peuvent être administrées pour certaines caractéristiques ou anomalies moléculaires du cancer du poumon. Ces thérapies ciblées visent à bloquer la croissance et donc le développement de la tumeur par le blocage de certaines informations au niveau cellulaire. 

La recherche clinique

Au-delà de sa vocation à dispenser des soins, l'Hôpital privé Jean Mermoz s'attache à les faire progresser. A travers la recherche clinique, l'établissement favorise l'émergence de nouvelles stratégies thérapeutiques et diagnostiques au service des patients. Le médecin référent peut proposer au patient de participer à un essai clinique. Lors de la consultation, il délivre une information claire, loyale et objective. Tout essai clinique est encadré par un consentement éclairé signé par le patient.

Les soins de support

Notre équipe de soins de support est une équipe de professionnels qui propose une approche globale et qui vise à assurer aux patients et à leurs proches la meilleure qualité de vie. L’accès aux différents soins de support est proposé lors de la consultation médicale mais également auprès des équipes soignantes pendant tout le traitement et jusqu’à six mois après la fin des traitements. Découvrez l’ensemble des soins de support dispensés à l’Hôpital privé Jean Mermoz : l’équipe des soins de support.

Découvrez l'équipe des soins de support de l'institut de cancérologie Jean Mermoz au service des patients et de leurs proches 

Le suivi médical

Le suivi médical après le traitement est essentiel et inclut des consultations régulières avec une équipe médicale spécialisée, en relation étroite avec le médecin traitant du patient. Cet accompagnement personnalisé permet l’entrée dans une nouvelle période de prise en charge, celle de l’après cancer ou de l’après traitement.

Pour en savoir plus sur le cancer du poumon, rendez-vous sur le site de l'INCa - Institut National du Cancer